Ave Maria Santa Madre Regina Dei Cieli

En 2008, lors de mon séjour en Italie, j’ai composé cette œuvre « Ave Maria Santa Madre Regina Dei Cieli » comme un hymne à la beauté de la vie.
Je n’ai jamais senti que c’était le bon moment pour partager cette œuvre, et c’est humblement celle que je considère à ce jour comme la plus importante de mon répertoire.

A l’approche de Pâques, et en cette période de confinement, il m’a semblé être le bon moment pour partager cette œuvre qui m’est si chère.

C’est dans sa septième version d’écriture, et à l’occasion de cette Fête, que cette pièce sortira.

L’œuvre est conçue en 7 tableaux avec une « apothéose » finale. Chacun des tableaux a été diffusé indépendamment pendant chaque jour de la semaine sainte. Et l’œuvre complète est sortie le dimanche de Pâques 2020.

L’originalité du projet réside dans le fait que des musiciens d’orchestre de tout horizon vont s’enregistrer chez eux pour donner naissance à cette « Symphonie ».

C’est pour la première fois que cette œuvre est dévoilée au grand public.

Ave Maria Santa Madre Regina Dei Cieli
pour Violon Solo, Chœur et Orchestre, en Sept Tableaux

Une co-création avec des musiciens confinés chez eux pour célébrer Pâques 2020 dans la communion des cœurs en vue des événements récents de l’actualité mondiale.

Casting et recrutement des musiciens : Claudia Pana & Jordan Gregoris, Yves Ruhlmann, Laura Petit, Yascha Israelievitch, Xavier Moillen, Patrick Nedel et Léticia Giuffredi

Composition et Orchestration : Yves Ruhlmann (https://yvesruhlmann.com)

Violon Solo : Florian Alter, Xavier Moillen

Musiciens de l’orchestre :

Piccolo : Claudia Pana
Flûte 1 et 2 : Claudia Pana
Clarinettes 1 et 2 : Nelson Malléus (https://www.nelsonmalleus.com)
Cor 1, 2, 3 et 4 : Antoine Bouissonnié
Trompette 1 et 2 : Rachel Israelievitch
Célesta : Yves Ruhlmann
Violons I : Xavier Moillen, Nicole Decourcelles
Violons II : Xavier Moillen, Nicole Decourcelles
Altos : Xavier Moillen
Violoncelle : Jordan Gregoris
Contrebasse : Leïla Soldevila (https://www.leilasoldevilarenault.com)

Chœur de Solistes :

Soprano : Léticia Giuffredi (http://www.versoi.fr)
Alto : Mylene Javey (http://www.espace-synergie.com)
Ténor : Gregory Joris
Basse : Patrick Nedel (http://www.shanta.fr)

Conseil Artistique : Laura Petit (https://www.laurapetit.com)

Mixage Audio : Yves Ruhlmann
Enregistrement des tutti de violons 1, violons 2 et Alto en multi-pistes : Xavier Moillen
Instruments additionnels et banques de sons : Spitfire Aufio

Crédits photographiques :

Tableau 1 : Peinture de William Adolphe Bouguereau : « La vierge et les anges »
Tableau 2 : Photo : Zoran Kokanovic
Tableau 3 : Photo : Yves Ruhlmann
Tableau 4, 5, 6 et Final : Photo : Laura Petit (https://www.laurapetit.com)
Tableau 7 : Vidéo en arrière-plan : Laura & Yves Ruhlmann

Montage vidéo : Yves Ruhlmann
Logiciel de montage vidéo : Final Cut Pro

Matériel et partitions d’orchestre : Sibelius Software

Remerciements particuliers à :

à l’ensemble des musiciens pour leur talent, leur enthousiasme et leur créativité, merci à Laura Ruhlmann pour tout son soutien pendant la semaine qu’à durée cette co-création, merci à Laura Petit pour ses conseils artistiques avisées, merci à Claudia & Jordan pour leur présence dès le départ à ce projet, merci à Xavier Moillen véritable homme-orchestre qui a enregistré un orchestre à corde à lui tout seul, et encore merci à tous les acteurs de ce projets et pour leur inventivité. Merci à tous ceux et celles qui nous ont soutenues pendant cette aventure.

Proposer des lectures musicales dans le service réa de l’hopital de Nevers

Équiper les 15 chambres du service de réanimation en matériel HIFI (qui restera sur place)

Présentation du projet

Avec plusieurs artistes (le compositeur Yves Ruhlmann, la comédienne Corinne Ginisti) et moi même (Julie Rey, écrivain et musicienne et directrice artistique de la Cie Petits Papiers), sommes en train de créer 2 listes de lecture de 20 minutes chacune à destination des malades soignés dans le service de réanimation de l’hôpital Pierre Bérégovoy de Nevers. 
Ce sont des poèmes, d’auteurs différents, mis en musique. J’ai invité qui le voulait à m’envoyer un texte de son choix afin que cette oeuvre soit pensée au nom du collectif.

Origine du projet

Souvent, vient la question de la place de l’artiste dans notre monde. Plus encore la place de l’art, de la musique, de la poésie, de la littérature. Je pense qu’elle se doit d’être avant tout au côté de la fragilité, qu’elle doit pouvoir circuler auprès des plus esseulés, qu’elle est le signe concret d’une fraternité, impérieux en ces temps délicats. Quand mon frère (chef du service de réanimation du CH de Nevers) m’a dit que des gens mouraient seuls, sans leurs proches à leurs côtés, je me suis spontanément demandé comment aider. Tout cela, à notre juste place d’artistes. Aider humblement, par une présence, des poèmes, de la musique. 

A quoi servira l’argent collecté ?

Aussi, avons-nous besoin de votre aide pour acheter le matériel nécessaire. Les contraintes techniques sont nombreuses (pas de wifi ni de bluetooth, ni d’enceintes indépendantes pour éviter à l’équipe soignante de devoir recharger le matériel) et nous avons pris le temps de sélectionner le matériel le plus adapté qui soit. Nous allons donc acheter 15 postes radio SONY ZS-PS50 à 99.99 € l’exemplaire) et 15 clés usb.
Le service de réanimation du CH de Nevers contient 15 lits. Une fois le matériel entré dans la chambre, il n’en ressortira plus. C’est la raison pour laquelle nous prévoyons d’acheter 1 poste pour chaque chambre, soit 15 postes. 
Les lectures musicales seront diffusées sur des clés USB, rechargeables à l’envie selon les projets qui se succéderont. Les postes CD resteront ensuite sur place et les familles, les patients, les soignants pourront bénéficier de cet équipement. 
Il va sans dire que tous les artistes travaillent de manière bénévole.

Cliquer ici pour faire un don

Notre équipe

Julie Rey : écrivain, musicienne et coordinatrice du projet

Yves Ruhlmann : compositeur et pianiste

Corinne Ginisti : comédienneAdrien Desse : musicien

Beth une co-création du Trio Luname & Duo Artis

Mouvement n°2 de Beth

” Très chers amis,
C’est avec grand plaisir et enthousiasme que nous vous présentons notre premier clip disponible sur notre chaine YouTube. N’hésitez pas à vous abonner et à partager.
Cette création nous a pris beaucoup plus de temps que prévu car nous souhaitions vous offrir une vidéo qui change avec toutes celles que vous avez pu voir.
On a du mal à accepter les petites choses qu’on peut toujours améliorer mais comme le mieux est l’ennemi du bien, on se lance!
On espère que vous allez aimer et partager cette création de Beth que vous avez déjà pu écouter lors de nos Live.
Prenez soin de vous et à très bientôt avec de nouvelles surprises ! “

Claudia Pana & Jordan GregorisDuo Artis

Quelle joie immense que de partager et de créer dans l’amitié et au service de l’Art avec Claudia Pana et Jordan Gregoris. Ensemble, nous formons le Trio Luname. Claudia & Jordan forment le Duo Artis qui nous a régalé de musique pendant toute le période qu’a durée le confinement. Ce clip vidéo est un merveilleux Cadeau, fruit d’un magnifique clip tourné et monté par Claudia Pana & Jordan Grégoris et d’une composition, ode à la Nature, Beth en celtique signifiant le Bouleau ! C’est le coeur réjouit par cette co-création que je vous souhaite une belle écoute et vision de cette oeuvre.

Quelques mots sur Beth

Les druides organisaient leurs vies autour de la nature, des arbres qu’ils considéraient comme des êtres spirituelles sacrés. Leurs vies étaient rythmées par les 13 lunes de l’année et chacune était reliée à un arbre. La première de ces lune est Beth, le Bouleau, dont l’archétype a inspiré cette oeuvre, la première du cycle Ogham en cours d’écriture. Ce cycle est inspiré par les deux années que j’ai passé en Bretagne avec mon épouse et mon fils.

Les autres mouvements de Beth

Le clip présenté est le deuxième mouvement, et voici deux autres extrait des direct live du duo Artis pour les mouvement 1 et 3

Mouvement n°1 de Beth
Mouvement n°3 de Beth

Voir la Page Facebook du Duo Artis

Voir la Page YouTube du Duo Artis

De l’amour en musique pour vous en pleine lune, Pâques et confinement

A vous,

Parce que ce projet s’est fait en quelques heures, parce qu’il est bourré d’une dévotion et d’un engagement qui éclairent, parce que chaque personne y ayant pris part est un être unique que j’estime profondément… je vous partage ce clip et pas un autre, cette musique et pas une autre, aujourd’hui et non un autre jour.

Quand Yves Ruhlmann, le compositeur de la pièce, me remerciait à l’instant de vous partager cette collaboration, je me suis retrouvée à lui répondre spontanément: il y a tellement d’amour dans le processus de création de ce clip, et chaque personne y a mis tant de soi, que ça me donne l’élan, j’ai envie que cette énergie arrive jusqu’à vous.

Ce qui me touche ici, c’est ce qui précède et permet la réalisation de ce projet commun. J’allais vous décrire les actions de chacun, Yves Ruhlmann composition et piano, Michel Gallone réalisation et images, Facundo Della Vedova traitement du son, moi-même à la voix. Mais … ce n’est pas ça qui rend spécial ce clip, ce n’est pas le fait que nous nous somme s levés à 5 heures du matin pour tourner dans une abbatiale vide à 6 heures du matin, c’est le fait que chacun ait dit oui à prendre part.

Pour quoi ? For the sake of creation. Pour créer ensemble, pour suivre l’élan, pour participer, pour donner de soi, pour servir la musique et à travers elle la vie. Pour créer quelque chose qui puisse apporter à d’autres.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo :

DIVCOD-91


Par choix, dans les limites de notre libre arbitre, le choix des actions qui expriment et offrent ce que l’on porte à l’intérieur.

Récemment, j’écoutais Gay Hendricks dire qu’un jour il a décidé : de dire la vérité, de porter l’entière responsabilité de ses émotions et de sa vie, et de ne faire aucun compromis avec sa créativité.

C’est en ce sens que j’entends le mot dévotion, au sens de se consacrer à, « s’abandonner tout entier à la réalisation de quelque chose » (selon le Larousse).

Et … il y a des jours, des matins comme ce lundi à l’abbatiale de Romainmôtier avec Yves et Michel, et le jour qui a suivi à distance avec Facundo, où je sens et reçois… ce qui advient dans l’engagement : la place pour ÊTRE.

Je ne sais pas où vous en êtes dans votre chemin, dans votre coeur. Ni quelle est la distance entre celui-ci et le monde que vous voyez autour de vous.

Personnellement, ce sont des moments comme la création de ce clip, avec des êtres comme Yves, Michel, et Facundo qui rendent la distance entre mon coeur et le monde dans lequel je vis de plus en plus petite et me permettent d’être là où est mon coeur.

Comme le fait aussi de vous écrire à vous qui m’offrez de votre temps en lisant, et en écoutant, en étant présents.

J’ai de la chance d’avoir des personnes dans ma vie qui me donnent envie de me lever à 5 heures du matin, et d’autres qui me donnent envie d’écrire à minuit,

Avec amour et gratitude,

Marian, Yves, Michel et Facundo

pour découvrir ce qu’ils font,
et pour des collaborations:

Michel Gallone, transforme des lieux et des idées en images et musiques michel@sowattmusic.com

Facundo Della Vedova, traitement de son, mix et mastering facundodvedova@gmail.com

Dans les Yeux d’Yves Ruhlmann – Radio RTS Suisse Romande – 🎤 Interview par Lydia Gabor

C’est vraiment avec une grande joie et une profonde gratitude que je vous présente ici l’interview réalisé avec moi par la formidable journaliste de la RTS Suisse Romande, Lydia Gabor. Cette rencontre avec Lydia Gabor et cette interview que nous avons faite me touche profondément. Lydia Gabor a su donner une voix à mon âme et à mes tripes par cette interview et je lui en suis particulièrement reconnaissant. Je salue aussi la technique car la réalisation est vraiment superbe ! Bravo et merci à l’équipe de la RTS et Lydia Gabor.

Yves Ruhlmann est un mathématicien et pianiste franco-suisse. Il sʹest formé au Conservatoire National Supérieur de Lyon à partir de lʹâge de 18 ans lorsquʹil a décidé quʹil nʹétait pas trop tard pour commencer de jouer de façon professionnelle dʹun instrument.
Peu à peu il a trouvé sa propre voie dans ce quʹil appelle la musique empathie.
Lydia Gabor le rencontre lors dʹun concert à la Haute Ferme du Vert Pays à Estévenens-dessus, en marge dʹune conférence sur la mémoire de lʹeau.


Lydia Gabor, pour la radio RTS Suisse Romande

Retrouver ici l’interview sur le site de la RTS

Arts vibratoires, au service de la vie

Il y a des choses qui dépassent l’entendement, et c’est pour cela que j’aime le langage de la musique, qui me paraît tellement proche du langage de l’âme, et du cœur, aussi bien dans la joie que dans la douleur. Et si j’ai souvent fui les mots parce que je les trouvais limités pour décrire cela. J’ai fait en la rencontre de Sophie, la rencontre d’une âme qui sait jouer de la musique des mots et leur insuffler l’esprit. Il ne s’agit de cette musique des mots pour divertir mais celle pour grandir, grandir à soi, grandir au soi…

C’est donc avec beaucoup de gratitude et de joie dans le cœur que Sophie et moi rapprochons nos arts vibratoires, au service de la vie, au service du beau. Puisse tous ceux qui s’en nourriront être bénis.

Avec Amour & Gratitude,

Yves Ruhlmann

Voici le magnifique texte de Sophie au sujet de notre rencontre :

Il y a des rencontres qui ont un son, une vibration très spécifique …

Le son du divin , de la communion , de la fraternité ….

Alors quand dans les premières secondes, c’est cela qui est au centre, c’est juste magique et évident.

C’est ma rencontre avec Yves il y a deux ans, la rencontre de deux artistes guidés depuis leur enfance, cœur et âme dans la Création Intuitive, par la vibration cristalline et Christale.

L’évidence que nos arts allaient s’alchimiser ensemble au service de notre terre, de notre Mère, au service de ceux qui attendent d’entendre, de vibrer, d’aimer, à nouveau…

Il nous a fallu le temps de nos chemins respectifs pendnat deux années avant que cet été nous choisissions de nous lancer ensemble dans cette évidence pour faire le premier pas à partir de nos intuitions unies par nos cœurs en co-création.

Le chemin d’une rencontre artistique et alchimique, pure et sacrée, pour chacun de nous. 

Quel cadeau quand un texte et la voix de Sophie s’unissent au son du piano et de la composition de Yves, au service d’un même essentiel, d’une même quête.

Un cadeau que nous nous sommes offert, une première alchimie. Et un présent que finissons de préparer pour le partager avec vous tous dans la semaine …

Amour et présence

Sophie Fievet

Affirmer ou non sa fréquence face aux critiques ?

Affirmer sa fréquence

Comment doit-on réagir face à la critique ? l’ignorer ? l’écouter ? S’adapter ? en tenir compte ? Avancer face à l’adversité ou non ? Se remettre en cause ? Affirmer ou non sa fréquence ? Tel est le sujet et les questions dont cet article tente de proposer quelques réponses.

Suite à une « critique » sur Facebook

J’ai récemment reçu une critique constructive d’une amie sur Facebook, qui a failli laisser sur l’instant un sérieux doute en moi. Alors voici les réflexions qui me sont venu à moi pour lui écrire une réponse. Je remercie donc infiniment cette amie grâce à qui j’ai pu formaliser cette réflexion.

Dois-on partager ou non aux autre ce qui nous anime ?

Je trouve ce partage très important car il touche pour moi à une notion essentielle. Celui de partager ou non aux autres ce qui nous anime, dans quelles limites, et sur quelle base de motivation. Et là, j’aimerai vous partager plusieurs de mes réflexions personnelles, même si je n’ai pas toutes les réponses bien sûr.

Premier point : Rayonner ou séduire il faut choisir

La première chose étant quel est l’intention quand on partage quelque chose. L’une tendance est celle de rayonner, c’est à dire d’avoir quelque chose à donner. L’autre étant celle de séduire, c’est à dire de prendre quelque chose. L’idéal étant pour moi d’offrir sa lumière. Ceci dit, à moins d’être parfaitement saint, je doute qu’il n’y a jamais même la moindre petite part de soi qui cherche à se nourrir soi-même bien qu’elle aspire avant tout à donner. Je pense que l’important est de faire en sorte que notre don soit le moins entacher par notre désir de prendre. C’est bien sur ma vision personnelle. Et chacun a le droit de s’exprimer comme il l’entend et tant mieux si cela nourrit des lacunes affectives chez certains. Et je pense que cela va varier en intensité d’une personne à l’autre. L’idéal étant à mon sens le don inconditionnel qui n’espère pas un retour sur investissement. Ça c’est le premier point que je voulais partager.

Second point : Personne ne fait l’unanimité

Le second est que nous avons tous une couleur, une fréquence (je parle de ce concept dans un précédant article) qui nous est propre. Pour faire simple, cette fréquence va plaire à certain et déplaire à d’autre et cela que l’on soit, Yves, Robert, Mozart ou Einstein. Personne, absolument personne ne fait l’unanimité. Aussi, en partageant, des personnes ne vont pas aimer et chercherons à s’opposer sur la base de jugements de valeurs comme « c’est trop ceci » ou « pas à assez cela ». Bien que ces vérités soient absolues pour la personne qui les prodiguent, elles restent relatives à la personne. Et cela parle surtout de la personne en question et des limites qu’elle se met et qu’elle aimerait mettre aussi aux autres consciemment ou inconsciemment. 

Troisième point : être ou ne pas être branché sur le diapason collectif ?

Le troisième point tout aussi intéressant je trouve. Et dit : Que se passe t’il quand notre fréquence est décalée par rapport à celle moyenne ou normale ? Le risque est bien sûr le rejet. Car probablement les gens se sente attaqué lorsque l’on sort du troupeau, car cela les inviterait à se remettre éventuellement en cause aussi et cela fait peur ! Je pense à l’exemple extrême de jésus dont la fréquence et le message était celle de l’amour, il n’a pas douté de lui, il n’a pas cherché à plaire, n’as pas attendu d’approbation, et ne s’est point arrêtée de transmettre sa vérité même condamné à mort. Je pense que c’est un magnifique témoignage de l’importance de croire en soi et de continuer à partager sa fréquence coute que coute, tant qu’on ne l’impose pas aux autre bien sûr. La richesse n’est-elle pas la diversité des manières de faire et de penser ? 

Quatrième point : La critique constructive

Maintenant il y a un quatrième point, ce que les autres ont à dire n’est pas toujours pour détruire mais bel et bien pour aider. Et dans ce cas tout l’enjeu réside dans le fait de rester ancrer dans sa fréquence et sa confiance en soi tout en étant capable d’accueillir ce que l’autre a à dire, car cela peut nous être précieux et nous faire grandir. Je crois que la règle est la suivante : ressentir. Ressentir non pas si c’est juste ou c’est faux. Car ce qui peut être juste pour l’un peux être faux pour l’autre. Donc ressentir. Ressentir, est-ce que ce que me l’on me dit résonne ou non pour moi, avec ma fréquence. Si oui j’intègre, sinon je laisse, et même s’il faut vexer l’autre, car il convient de « cesser d’être gentil mais d’être vrai » ou comme le disais Marshal Rosenberg de ne pas être « une gentille personne morte ».

En résumé

Voilà, j’espère que certaine de ces idées vous aideront à déterminé si vous devez oser ou non vous présentez aux autres tels que vous êtes vraiment et non tels qu’ils le projettent sur vous et oser enfin d’incarner votre véritable fréquence, ou couleur d’âme. 

Et si à l’inverse vous ne manquez pas de confiance en vous et que vous tentez facilement d’imposer vos opinions aux autres, certes en pensant bien faire, et que vous êtes facilement porté à la critique, j’espère que cet article vous fera prendre conscience de l’importance de respecter chaque manière de faire et d’être, et surtout, de ne pas avoir peur que cela diminue votre vérité intérieure.

Alors dans tous les cas je vous souhaite d’être en paix avec qui vous êtes car c’est le chemin le plus direct pour être en paix avec les autres !

Comment apaiser les émotions grâce à la musique ?

La musique a un grand pouvoir thérapeutique, nous le savons tous et pourtant, profite-t-on réellement de son pouvoir ? Et quel est son pouvoir ? Peut-elle nous aider à apaiser les émotions ?

La musique est un langage…

La musique est un langage et en tant que tel, il sert à communiquer. Communiquer c’est partager, et partager c’est donner et recevoir…

La musique a beaucoup à donner et nous avons grand besoin de ce qu’elle a à nous offrir… Elle fait beaucoup de choses, remplit beaucoup de fonctions… Mais nous allons nous arrêter dans cet article sur une fonction que je considère comme majeur de la musique…

La musique, est un langage de vibration, plus que n’importe quel autre langage. C’est le langage qui par excellence nous invite à vibrer dans son essence même.

Mais qu’est-ce qui en nous vibre avec la musique ? Et bien à peu près tout, en passant par le corps, les émotions, notre intellect ou même encore notre âme…

Un langage émotionnel…

Mais le pouvoir dont j’aimerais parler plus particulièrement aujourd’hui, dont je souligne qu’il est pour moi majeur dans la musique, est celui d’entrer en résonance avec les émotions, de les apaiser…

Ici réside un grand pouvoir thérapeutique de la musique. Car nous avons peu de moyens à notre disposition pour interagir avec notre sensibilité émotionnelle. Et pourtant celle-ci est sollicitée chaque jour, aussi bien d’une manière agréable lorsque nous nous sentons joyeux, reconnaissant ; que lorsque nous ressentons un stress, de la tristesse ou même de la colère. 

Et, là, lorsque nous sommes dans notre émotion, et surtout celles qui nous « tirent vers le bas » ; nous manquons de moyens pour apaiser nos émotions et aller vers un autre état émotionnel. 

Vous avez probablement déjà ressenti la situation dans laquelle une irritation, une colère, ou une déception passe en vous, et que vous aimeriez ne pas la faire peser aux autres, à votre entourage, à vous même, mais vous n’arrivez pas à en sortir.

Et du coup, vous agissez à partir de ces émotions et celles-ci peuvent parfois être dommageable. Car à l’extrême certaines paroles ou gestes donnés depuis cet état peuvent s’avérer d’une grande violence pour soi-même et pour les autres.

Alors, il existe certes différents moyens pour gérer ces états émotionnels. Mais je trouve que la musique un moyen formidable pour apaiser les émotions…

La fréquence des émotions…

Pour expliquer cela, j’aimerais introduire brièvement le concept de « fréquence » à laquelle nous résonnons. Nous pourrions dire que chaque émotion vibre à une certaine fréquence, un peu comme pour les couleurs.

Nous pourrions dire que les émotions qui nous tirent vers le bas sont de basse fréquence. Et celles qui nous tirent vers le haut sont de fréquence élevée.

Le fait est que nous vibrons à la fréquence de ce sur quoi nous nous focalisons. Alors voici la force de la musique, celle de nous proposer de vibrer à une autre fréquence que celle à laquelle nous sommes figée.

Bien sur dans le but je l’espère, de vibrer à une fréquence plus élevée. Mais l’inverse est vrai et cela nous avons tendance à l’ignorer. Car nous écoutons toutes sortes de musiques sans prendre réellement conscience de l’impacte qu’elles peuvent avoir sur notre fréquence.

Pour moi, la musique est comme une nourriture, mais aussi comme un médicament, mais dans tous les cas, nous devrions choisir la manière dont nous nourrissons d’elle… 

Comment se servir de la musique pour gérer les émotions ?

Alors, oui vous pouvez en faire l’expérience et je vous souhaite d’utiliser la musique comme moyen pour changer de fréquence émotionnelle et cela suppose les quelques points suivants.

Premièrement, être conscient de son état émotionnel. Ensuite il faut désirer changer ou améliorer son état émotionnel, puis identifier la fréquence émotionnelle vers laquelle nous aimerions aller. Ensuite être conscient de la fréquence émotionnelle des musique que nous souhaitons utiliser. Et enfin, disposer des ressources musicale propices à ces fréquences émotionnels.

Chacun de ces points représentent un enjeu, mais je trouve que le dernier est particulièrement préoccupant. Je suis convaincu par le pouvoir de la musique dans cette direction mais je ne trouve que trop peu de musique qui sont élevée en fréquences. Et lorsqu’elles existent elles sont difficiles à se procurer. C’est subjectif, mais lorsque je parle de fréquence élevée je parle de fréquence qui vibre avec l’amour et la gratitude (voir pour cela les travaux d’Emoto). Et à l’inverse, les basses fréquences vibrent avec la peur, la séparation, l’autodestruction de toute sortes.

La raison pour laquelle les musiques qui vibrent davantage vers les fréquences élevée de l’amour sont plus difficiles à trouver s’explique par le fait que si en tant qu’individus nous vibrons à une certaine fréquence, la société elle aussi vibre à une certaine fréquence. Et dans un monde encore très matérialiste, basé sur la réussite personnelle, il est difficile d’espérer y trouver facilement des fréquences plus élevée.

Pour comprendre cela, il suffit d’ouvrir une radio ou une télé au hasard.

Quels musiques ou artistes ressources ?

Nous pourrions aussi dire parallèlement que les musiques et artistes qui émergent et font le « buzz » sont très fortement liées aux fréquences dans lesquelles vibre notre société. Davantage que bonnes ou mauvaises, elles sont le reflet de celle-ci.

Il est aussi sur que les artistes qui tentent de proposer une autre vibration, une autre couleur auront toujours un peu plus de difficulté à « percer » et ce pour la simple et bonne raison que la fréquence qu’ils proposent n’entre pas tout à fait en résonance avec celle de leur société. Aussi leurs suiveurs seront bien moins nombreux. Je souligne d’ailleurs que là n’est pas le problème, puisque cela n’est certes pas la quantité mais la qualité d’une vibration qui compte. 

Ceci dit cela a une conséquence pratique qui nous intéresse ici. Si ces artistes sont moins suivis, ils sont moins diffusés et vous aurez donc en cas de nécessité, plus de difficultés à les trouver ! Et c’est cela qui nous intéresse,  pouvoir trouver des musiques inspirantes auprès d’artiste inspirant. Et écrire le tag « inspirant » sur google ne vous aidera pas davantage !

Cet article ne prétend pas d’ailleurs solutionner la question mais simplement de poser le problème. Nous tacherons d’approfondir cela dans de futurs articles.

Étant moi-même compositeur, et concerné par cette problématique. Je souhaite pouvoir proposer au travers de la musique que je compose des ressources pour accompagner les besoins émotionnelles, et apaiser nos émotions. Je souhaite ensuite étendre ce travail a d’autre artistes et compositeurs que j’estime.

Aussi, dans les commentaires, n’hésitez pas à me faire part des musiques ressources dont vous disposez déjà !

Mon intention est ensuite de pouvoir proposer des playlist que je vais pouvoir élaborer au fur et à mesure pour accompagner les besoins émotionnels.

En résumé…

En résumé, il faut retenir l’incroyable pouvoir de la musique. La musique est un langage vibratoire qui agit sur nos émotions et la fréquence de notre être, c’est à dire en quelque sorte sa luminescence. La musique peut nous aider à corriger des états émotionnels, apaiser nos émotions, ou maintenir la qualité d’un état vibratoire.

J’espère que la lecture de cet article contribue et donnera envie de se rapprocher un peu plus de cette ressource merveilleuse qu’est la musique.

Vous pouvez dès a présent trouver des ressources musicales sur ma chaîne YouTube de Musiquempathie. Vous y trouverez aussi bien des musiques que je compose de façon intuitive au piano, des méditations musicales quotidiennes que des compositions classiques.

Bonne écoute, merci pour votre attention, 

Avec Amour et Gratiutde.

Yves Ruhlmann

3 Pieces from Curiosa Pandora

I. Femina Pandora
II. Anesidora
III. Quintessentia

C’est avec une grande joie, que je publie enfin les clip vidéo de Curiosa Pandora enregistrés avec Marie-Anouch Sarkissian.

Un an après la composition et l’enregistrement studio de l’album Curiosa Pandora, la pianiste de l’album Marie-Anouch Sarkissian, et moi-même décidâmes de tourner un clip vidéo avec les 3 pièces de Piano solo de l’album.

Marie-Anouch Sarkissian s’est révélée être une pianiste formidable et d’une grande sensibilité pour interpréter ces œuvres dont la tonalité est sans nul doute féminine. 

Quelle grâce évidente dans le jeu de Marie-Anouch, pour interpréter ces pièces…

Il aurait été dommage de ne pas publier ces clips vidéo, même si l’album physique et numérique existent déjà.

Il a fallu que je trouve le courage pour me lancer dans le montage vidéo des clips grâce à l’aide précieuse de Laura Ruhlmann mon épouse, pour qu’enfin ces clips vidéo voient le jours.

En espérant que ces vidéos soient des sources d’inspirations pour les mélomanes et pianistes.

Un immense merci à Marie-Anouch Sarkissian, pour sa participation à ce clip, ainsi qu’a l’école Arts d’Essense ou j’enseignait alors et un immense merci à sa directrice de l’époque Pascale Eglie, de tout cœur.

Avec amour et gratitude,

Yves Ruhlmann