Dans les Yeux d’Yves Ruhlmann – Radio RTS Suisse Romande – 🎤 Interview par Lydia Gabor

C’est vraiment avec une grande joie et une profonde gratitude que je vous présente ici l’interview réalisé avec moi par la formidable journaliste de la RTS Suisse Romande, Lydia Gabor. Cette rencontre avec Lydia Gabor et cette interview que nous avons faite me touche profondément. Lydia Gabor a su donner une voix à mon âme et à mes tripes par cette interview et je lui en suis particulièrement reconnaissant. Je salue aussi la technique car la réalisation est vraiment superbe ! Bravo et merci à l’équipe de la RTS et Lydia Gabor.

Yves Ruhlmann est un mathématicien et pianiste franco-suisse. Il sʹest formé au Conservatoire National Supérieur de Lyon à partir de lʹâge de 18 ans lorsquʹil a décidé quʹil nʹétait pas trop tard pour commencer de jouer de façon professionnelle dʹun instrument.
Peu à peu il a trouvé sa propre voie dans ce quʹil appelle la musique empathie.
Lydia Gabor le rencontre lors dʹun concert à la Haute Ferme du Vert Pays à Estévenens-dessus, en marge dʹune conférence sur la mémoire de lʹeau.


Lydia Gabor, pour la radio RTS Suisse Romande

Retrouver ici l’interview sur le site de la RTS

Arts vibratoires, au service de la vie

Il y a des choses qui dépassent l’entendement, et c’est pour cela que j’aime le langage de la musique, qui me paraît tellement proche du langage de l’âme, et du cœur, aussi bien dans la joie que dans la douleur. Et si j’ai souvent fui les mots parce que je les trouvais limités pour décrire cela. J’ai fait en la rencontre de Sophie, la rencontre d’une âme qui sait jouer de la musique des mots et leur insuffler l’esprit. Il ne s’agit de cette musique des mots pour divertir mais celle pour grandir, grandir à soi, grandir au soi…

C’est donc avec beaucoup de gratitude et de joie dans le cœur que Sophie et moi rapprochons nos arts vibratoires, au service de la vie, au service du beau. Puisse tous ceux qui s’en nourriront être bénis.

Avec Amour & Gratitude,

Yves Ruhlmann

Voici le magnifique texte de Sophie au sujet de notre rencontre :

Il y a des rencontres qui ont un son, une vibration très spécifique …

Le son du divin , de la communion , de la fraternité ….

Alors quand dans les premières secondes, c’est cela qui est au centre, c’est juste magique et évident.

C’est ma rencontre avec Yves il y a deux ans, la rencontre de deux artistes guidés depuis leur enfance, cœur et âme dans la Création Intuitive, par la vibration cristalline et Christale.

L’évidence que nos arts allaient s’alchimiser ensemble au service de notre terre, de notre Mère, au service de ceux qui attendent d’entendre, de vibrer, d’aimer, à nouveau…

Il nous a fallu le temps de nos chemins respectifs pendnat deux années avant que cet été nous choisissions de nous lancer ensemble dans cette évidence pour faire le premier pas à partir de nos intuitions unies par nos cœurs en co-création.

Le chemin d’une rencontre artistique et alchimique, pure et sacrée, pour chacun de nous. 

Quel cadeau quand un texte et la voix de Sophie s’unissent au son du piano et de la composition de Yves, au service d’un même essentiel, d’une même quête.

Un cadeau que nous nous sommes offert, une première alchimie. Et un présent que finissons de préparer pour le partager avec vous tous dans la semaine …

Amour et présence

Sophie Fievet

Affirmer ou non sa fréquence face aux critiques ?

Affirmer sa fréquence

Comment doit-on réagir face à la critique ? l’ignorer ? l’écouter ? S’adapter ? en tenir compte ? Avancer face à l’adversité ou non ? Se remettre en cause ? Affirmer ou non sa fréquence ? Tel est le sujet et les questions dont cet article tente de proposer quelques réponses.

Suite à une « critique » sur Facebook

J’ai récemment reçu une critique constructive d’une amie sur Facebook, qui a failli laisser sur l’instant un sérieux doute en moi. Alors voici les réflexions qui me sont venu à moi pour lui écrire une réponse. Je remercie donc infiniment cette amie grâce à qui j’ai pu formaliser cette réflexion.

Dois-on partager ou non aux autre ce qui nous anime ?

Je trouve ce partage très important car il touche pour moi à une notion essentielle. Celui de partager ou non aux autres ce qui nous anime, dans quelles limites, et sur quelle base de motivation. Et là, j’aimerai vous partager plusieurs de mes réflexions personnelles, même si je n’ai pas toutes les réponses bien sûr.

Premier point : Rayonner ou séduire il faut choisir

La première chose étant quel est l’intention quand on partage quelque chose. L’une tendance est celle de rayonner, c’est à dire d’avoir quelque chose à donner. L’autre étant celle de séduire, c’est à dire de prendre quelque chose. L’idéal étant pour moi d’offrir sa lumière. Ceci dit, à moins d’être parfaitement saint, je doute qu’il n’y a jamais même la moindre petite part de soi qui cherche à se nourrir soi-même bien qu’elle aspire avant tout à donner. Je pense que l’important est de faire en sorte que notre don soit le moins entacher par notre désir de prendre. C’est bien sur ma vision personnelle. Et chacun a le droit de s’exprimer comme il l’entend et tant mieux si cela nourrit des lacunes affectives chez certains. Et je pense que cela va varier en intensité d’une personne à l’autre. L’idéal étant à mon sens le don inconditionnel qui n’espère pas un retour sur investissement. Ça c’est le premier point que je voulais partager.

Second point : Personne ne fait l’unanimité

Le second est que nous avons tous une couleur, une fréquence (je parle de ce concept dans un précédant article) qui nous est propre. Pour faire simple, cette fréquence va plaire à certain et déplaire à d’autre et cela que l’on soit, Yves, Robert, Mozart ou Einstein. Personne, absolument personne ne fait l’unanimité. Aussi, en partageant, des personnes ne vont pas aimer et chercherons à s’opposer sur la base de jugements de valeurs comme « c’est trop ceci » ou « pas à assez cela ». Bien que ces vérités soient absolues pour la personne qui les prodiguent, elles restent relatives à la personne. Et cela parle surtout de la personne en question et des limites qu’elle se met et qu’elle aimerait mettre aussi aux autres consciemment ou inconsciemment. 

Troisième point : être ou ne pas être branché sur le diapason collectif ?

Le troisième point tout aussi intéressant je trouve. Et dit : Que se passe t’il quand notre fréquence est décalée par rapport à celle moyenne ou normale ? Le risque est bien sûr le rejet. Car probablement les gens se sente attaqué lorsque l’on sort du troupeau, car cela les inviterait à se remettre éventuellement en cause aussi et cela fait peur ! Je pense à l’exemple extrême de jésus dont la fréquence et le message était celle de l’amour, il n’a pas douté de lui, il n’a pas cherché à plaire, n’as pas attendu d’approbation, et ne s’est point arrêtée de transmettre sa vérité même condamné à mort. Je pense que c’est un magnifique témoignage de l’importance de croire en soi et de continuer à partager sa fréquence coute que coute, tant qu’on ne l’impose pas aux autre bien sûr. La richesse n’est-elle pas la diversité des manières de faire et de penser ? 

Quatrième point : La critique constructive

Maintenant il y a un quatrième point, ce que les autres ont à dire n’est pas toujours pour détruire mais bel et bien pour aider. Et dans ce cas tout l’enjeu réside dans le fait de rester ancrer dans sa fréquence et sa confiance en soi tout en étant capable d’accueillir ce que l’autre a à dire, car cela peut nous être précieux et nous faire grandir. Je crois que la règle est la suivante : ressentir. Ressentir non pas si c’est juste ou c’est faux. Car ce qui peut être juste pour l’un peux être faux pour l’autre. Donc ressentir. Ressentir, est-ce que ce que me l’on me dit résonne ou non pour moi, avec ma fréquence. Si oui j’intègre, sinon je laisse, et même s’il faut vexer l’autre, car il convient de « cesser d’être gentil mais d’être vrai » ou comme le disais Marshal Rosenberg de ne pas être « une gentille personne morte ».

En résumé

Voilà, j’espère que certaine de ces idées vous aideront à déterminé si vous devez oser ou non vous présentez aux autres tels que vous êtes vraiment et non tels qu’ils le projettent sur vous et oser enfin d’incarner votre véritable fréquence, ou couleur d’âme. 

Et si à l’inverse vous ne manquez pas de confiance en vous et que vous tentez facilement d’imposer vos opinions aux autres, certes en pensant bien faire, et que vous êtes facilement porté à la critique, j’espère que cet article vous fera prendre conscience de l’importance de respecter chaque manière de faire et d’être, et surtout, de ne pas avoir peur que cela diminue votre vérité intérieure.

Alors dans tous les cas je vous souhaite d’être en paix avec qui vous êtes car c’est le chemin le plus direct pour être en paix avec les autres !

Comment apaiser les émotions grâce à la musique ?

La musique a un grand pouvoir thérapeutique, nous le savons tous et pourtant, profite-t-on réellement de son pouvoir ? Et quel est son pouvoir ? Peut-elle nous aider à apaiser les émotions ?

La musique est un langage…

La musique est un langage et en tant que tel, il sert à communiquer. Communiquer c’est partager, et partager c’est donner et recevoir…

La musique a beaucoup à donner et nous avons grand besoin de ce qu’elle a à nous offrir… Elle fait beaucoup de choses, remplit beaucoup de fonctions… Mais nous allons nous arrêter dans cet article sur une fonction que je considère comme majeur de la musique…

La musique, est un langage de vibration, plus que n’importe quel autre langage. C’est le langage qui par excellence nous invite à vibrer dans son essence même.

Mais qu’est-ce qui en nous vibre avec la musique ? Et bien à peu près tout, en passant par le corps, les émotions, notre intellect ou même encore notre âme…

Un langage émotionnel…

Mais le pouvoir dont j’aimerais parler plus particulièrement aujourd’hui, dont je souligne qu’il est pour moi majeur dans la musique, est celui d’entrer en résonance avec les émotions, de les apaiser…

Ici réside un grand pouvoir thérapeutique de la musique. Car nous avons peu de moyens à notre disposition pour interagir avec notre sensibilité émotionnelle. Et pourtant celle-ci est sollicitée chaque jour, aussi bien d’une manière agréable lorsque nous nous sentons joyeux, reconnaissant ; que lorsque nous ressentons un stress, de la tristesse ou même de la colère. 

Et, là, lorsque nous sommes dans notre émotion, et surtout celles qui nous « tirent vers le bas » ; nous manquons de moyens pour apaiser nos émotions et aller vers un autre état émotionnel. 

Vous avez probablement déjà ressenti la situation dans laquelle une irritation, une colère, ou une déception passe en vous, et que vous aimeriez ne pas la faire peser aux autres, à votre entourage, à vous même, mais vous n’arrivez pas à en sortir.

Et du coup, vous agissez à partir de ces émotions et celles-ci peuvent parfois être dommageable. Car à l’extrême certaines paroles ou gestes donnés depuis cet état peuvent s’avérer d’une grande violence pour soi-même et pour les autres.

Alors, il existe certes différents moyens pour gérer ces états émotionnels. Mais je trouve que la musique un moyen formidable pour apaiser les émotions…

La fréquence des émotions…

Pour expliquer cela, j’aimerais introduire brièvement le concept de « fréquence » à laquelle nous résonnons. Nous pourrions dire que chaque émotion vibre à une certaine fréquence, un peu comme pour les couleurs.

Nous pourrions dire que les émotions qui nous tirent vers le bas sont de basse fréquence. Et celles qui nous tirent vers le haut sont de fréquence élevée.

Le fait est que nous vibrons à la fréquence de ce sur quoi nous nous focalisons. Alors voici la force de la musique, celle de nous proposer de vibrer à une autre fréquence que celle à laquelle nous sommes figée.

Bien sur dans le but je l’espère, de vibrer à une fréquence plus élevée. Mais l’inverse est vrai et cela nous avons tendance à l’ignorer. Car nous écoutons toutes sortes de musiques sans prendre réellement conscience de l’impacte qu’elles peuvent avoir sur notre fréquence.

Pour moi, la musique est comme une nourriture, mais aussi comme un médicament, mais dans tous les cas, nous devrions choisir la manière dont nous nourrissons d’elle… 

Comment se servir de la musique pour gérer les émotions ?

Alors, oui vous pouvez en faire l’expérience et je vous souhaite d’utiliser la musique comme moyen pour changer de fréquence émotionnelle et cela suppose les quelques points suivants.

Premièrement, être conscient de son état émotionnel. Ensuite il faut désirer changer ou améliorer son état émotionnel, puis identifier la fréquence émotionnelle vers laquelle nous aimerions aller. Ensuite être conscient de la fréquence émotionnelle des musique que nous souhaitons utiliser. Et enfin, disposer des ressources musicale propices à ces fréquences émotionnels.

Chacun de ces points représentent un enjeu, mais je trouve que le dernier est particulièrement préoccupant. Je suis convaincu par le pouvoir de la musique dans cette direction mais je ne trouve que trop peu de musique qui sont élevée en fréquences. Et lorsqu’elles existent elles sont difficiles à se procurer. C’est subjectif, mais lorsque je parle de fréquence élevée je parle de fréquence qui vibre avec l’amour et la gratitude (voir pour cela les travaux d’Emoto). Et à l’inverse, les basses fréquences vibrent avec la peur, la séparation, l’autodestruction de toute sortes.

La raison pour laquelle les musiques qui vibrent davantage vers les fréquences élevée de l’amour sont plus difficiles à trouver s’explique par le fait que si en tant qu’individus nous vibrons à une certaine fréquence, la société elle aussi vibre à une certaine fréquence. Et dans un monde encore très matérialiste, basé sur la réussite personnelle, il est difficile d’espérer y trouver facilement des fréquences plus élevée.

Pour comprendre cela, il suffit d’ouvrir une radio ou une télé au hasard.

Quels musiques ou artistes ressources ?

Nous pourrions aussi dire parallèlement que les musiques et artistes qui émergent et font le « buzz » sont très fortement liées aux fréquences dans lesquelles vibre notre société. Davantage que bonnes ou mauvaises, elles sont le reflet de celle-ci.

Il est aussi sur que les artistes qui tentent de proposer une autre vibration, une autre couleur auront toujours un peu plus de difficulté à « percer » et ce pour la simple et bonne raison que la fréquence qu’ils proposent n’entre pas tout à fait en résonance avec celle de leur société. Aussi leurs suiveurs seront bien moins nombreux. Je souligne d’ailleurs que là n’est pas le problème, puisque cela n’est certes pas la quantité mais la qualité d’une vibration qui compte. 

Ceci dit cela a une conséquence pratique qui nous intéresse ici. Si ces artistes sont moins suivis, ils sont moins diffusés et vous aurez donc en cas de nécessité, plus de difficultés à les trouver ! Et c’est cela qui nous intéresse,  pouvoir trouver des musiques inspirantes auprès d’artiste inspirant. Et écrire le tag « inspirant » sur google ne vous aidera pas davantage !

Cet article ne prétend pas d’ailleurs solutionner la question mais simplement de poser le problème. Nous tacherons d’approfondir cela dans de futurs articles.

Étant moi-même compositeur, et concerné par cette problématique. Je souhaite pouvoir proposer au travers de la musique que je compose des ressources pour accompagner les besoins émotionnelles, et apaiser nos émotions. Je souhaite ensuite étendre ce travail a d’autre artistes et compositeurs que j’estime.

Aussi, dans les commentaires, n’hésitez pas à me faire part des musiques ressources dont vous disposez déjà !

Mon intention est ensuite de pouvoir proposer des playlist que je vais pouvoir élaborer au fur et à mesure pour accompagner les besoins émotionnels.

En résumé…

En résumé, il faut retenir l’incroyable pouvoir de la musique. La musique est un langage vibratoire qui agit sur nos émotions et la fréquence de notre être, c’est à dire en quelque sorte sa luminescence. La musique peut nous aider à corriger des états émotionnels, apaiser nos émotions, ou maintenir la qualité d’un état vibratoire.

J’espère que la lecture de cet article contribue et donnera envie de se rapprocher un peu plus de cette ressource merveilleuse qu’est la musique.

Vous pouvez dès a présent trouver des ressources musicales sur ma chaîne YouTube de Musiquempathie. Vous y trouverez aussi bien des musiques que je compose de façon intuitive au piano, des méditations musicales quotidiennes que des compositions classiques.

Bonne écoute, merci pour votre attention, 

Avec Amour et Gratiutde.

Yves Ruhlmann

3 Pieces from Curiosa Pandora

I. Femina Pandora
II. Anesidora
III. Quintessentia

C’est avec une grande joie, que je publie enfin les clip vidéo de Curiosa Pandora enregistrés avec Marie-Anouch Sarkissian.

Un an après la composition et l’enregistrement studio de l’album Curiosa Pandora, la pianiste de l’album Marie-Anouch Sarkissian, et moi-même décidâmes de tourner un clip vidéo avec les 3 pièces de Piano solo de l’album.

Marie-Anouch Sarkissian s’est révélée être une pianiste formidable et d’une grande sensibilité pour interpréter ces œuvres dont la tonalité est sans nul doute féminine. 

Quelle grâce évidente dans le jeu de Marie-Anouch, pour interpréter ces pièces…

Il aurait été dommage de ne pas publier ces clips vidéo, même si l’album physique et numérique existent déjà.

Il a fallu que je trouve le courage pour me lancer dans le montage vidéo des clips grâce à l’aide précieuse de Laura Ruhlmann mon épouse, pour qu’enfin ces clips vidéo voient le jours.

En espérant que ces vidéos soient des sources d’inspirations pour les mélomanes et pianistes.

Un immense merci à Marie-Anouch Sarkissian, pour sa participation à ce clip, ainsi qu’a l’école Arts d’Essense ou j’enseignait alors et un immense merci à sa directrice de l’époque Pascale Eglie, de tout cœur.

Avec amour et gratitude,

Yves Ruhlmann

Stage d’initiation à l’improvisation pour tous – 29 et 30 Juin 2019 – Cossonay (Suisse)

J’écris cet article à propos du stage d’initiation à l’improvisation avec beaucoup de gratitude. 

Certains participants n’avaient jamais fait de piano pendant que d’autre avait un niveau avancé et pourtant nous étions tous sur la même vibration !

Ce stage fut à ce point philosophique en sa substance que nous avons été amené à réfléchir sur concepts de liberté, de cadre ou d’ordre, de jugement, et de tout un théâtre en nous et qui souvent frêne notre créativité et notre spontanéité avant même de parler de technique.

Les échanges ont donc été fort et nous avons assisté à des libérations réjouissantes. Il y avait souvent un abysse entre deux improvisations proposées aux candidats avant ou après le travail de libération auquel chacun s’est donné.

J’ai beau être convaincu par cette méthode que j’enseigne, je reste toujours profondément et agréablement surpris de voir ses résultats sur les candidats. Chacun a un trésor et des capacités en lui que le plus souvent la personne ne soupçonne pas, et le plus souvent même, bride !

Quelle joie que d’avoir assisté à cette transformation tout au long du stage ! Une immense gratitude à chacun des participants qui m’ont permis une fois de plus d’expérimenter cet enseignement, et qui est avant tout un chemin… 

La journée du Miracle de l’Eau – 22 Juin 2019 – Yverdon (Suisse)

Une image vaudra toujours plus que milles mots, d’autant que je n’aurai pas de mots pour décrire la journée du Miracle de l’Eau, d’ailleurs, peut-on mettre des mots sur un Miracle ?

La grande leçon de la journée fut pour moi celle de la fréquence. La fréquence à laquelle nous vibrons, la longueur d’onde… Ne dit-on pas d’ailleurs vibrer ou non sur la même longueur d’onde que quelqu’un ?

Il est temps d’oser sa fréquence, et de ne pas avoir peur de sa lumière, surtout lorsque celle-ci n’est pas la bienvenue.

Or, s’il fut bien une journée ou cette fréquence fut élevée d’une part et lumineuse d’autre part, ce fut bien celle de la journée du Miracle de l’Eau.

J’ai été honoré par cette journée, d’inviter Michiko Hayashi, pour nous parler des messages de l’eau, tel que Masaru Emoto lui a transmis en personne. C’est d’ailleurs lors de cette conférence que Michiko nous a parlé du Hado qui veut dire « vibration » en japonais. 

Or, c’est bien cette vibration en toute chose qui est la fréquence à laquelle vibre chaque chose. Merci à Michiko pour cette merveilleuse leçon sur la vibration, la fréquence du cœur, des pensées, des émotions, de la prière, mais aussi celle de la musique, des images ou des mots…

Au fond, toutes les fréquences sont possibles et imaginable alors osons le courage d’assumer celle qui est la nôtre et unique, et surtout osons assumer celle de la vie qui est élevée et résonne intrinsèquement avec celle de l’Amour et de la gratitude !

La conférence a été suivie de mon concert, ou j’ai choisi de composé de façon intuitive en direct au piano en concentrant mon intention sur six images de cristaux d’Emoto, parmi lesquelles ont figurés : Le Lac Majeur, Amour et Gratitude, Bonheur, Compassion, Harmonie et Ange. Dans cet exercice, je n’ai aucune idée de ce que je vais composer au piano, pas même une trame. Cela rend l’exercice à la fois difficile et merveilleux car il implique le plus profond lâcher prise possible. Dans ce lâcher prise, je choisi seulement de me connecter à l’intention et de me laisser parcourir par la fréquence de cette intention si j’ose dire. C’est ensuite la vibration elle-même qui trouve le chemin en moi pour exprimer à travers du langage qu’est la musique, l’expression qui vibre au plus proche de l’intention. C’est comme si la musique elle-même se met au diapason de l’intention. Cela demande en plus du lâcher prise une grande écoute de son guide intérieur et d’une façon plus large de ses guides.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai dédié la dernière pièce à l’Ange car, lorsque nous vibrons, nous ne vibrons jamais seul. Et c’est cela qui nous permet de vibrer plus fort si j’ose dire, et d’aller au-delà de nos propres limitations.

Je reste donc toujours subjugué par cet exercice ou je livre mes mains et mon cœur à des intentions qui sont plus grandes que moi, et cela fait de moi ni plus ni moins d’ailleurs, un instrument. Et nous sommes en quelques sorte tous des instruments de la vie, nous avons seulement le choix de décider des fréquences que nous laissons vibrer en nous.

Après le concert, nous avons eu une magnifique cérémonie de l’eau dirigée par Michiko et Claire-Lise Chervet. Ce moment d’une grande intimité était bien sûr au-delà des mots, et nous avons chacun envoyé avec notre propre sensibilité des prières d’amour et de gratitude, pour l’eau qui est sur cette terre. 

En se rappelant bien sûr, que l’eau c’est la vie, et que nous somme composée d’eau, la plus fidèle entre toute de la mémoire de notre vibration !

Alors choisiront de vibrer dans la vie ? L’harmonie ? L’amour et la gratitude ?

Interview de Yves Ruhlmann avec Ted Mahr sur Out of this World Radio Show

J’ai rencontré Ted Mahr lors de la journée du Miracle de l’Eau que j’ai organisé en Suisse autour d’une conférence sur l’eau de Michiko Hayashi suivit d’un concert de piano intuitif.

Michiko Hayashi, Yves Ruhlmann et Ted Mahr – Journée du Miracle de l’Eau – 22 Juin 2019 – Yverdon (Suisse)

J’ai grâce à Michiko, rencontré Ted Mahr, médium vivant aux états unis et dont la principale préoccupation est le passage de notre monde vers la 5èmedimension. Ted croit bien sûr aux anges avec lesquelles il communique. Et c’est parce que nous partageons ce lien avec le monde angélique notamment que Ted à souhaité m’interviewer. 

En effet, bien que j’aie souvent choisit de rester discret à ce niveau par pudeur peut-être, j’ai toujours su que je recevais ma force et mon inspiration de l’au-delà. J’ai donc beaucoup de gratitude pour ces êtres de l’au-delà qui m’accompagnent et me guide et ce en particulier lorsque je compose de manière intuitive au piano, comme ce fut le cas pour la journée de la cérémonie de l’eau.

Une immense gratitude à Ted Mahr qui a réalisé cette interview et Michiko Hayashi grâce à qui je l’ai rencontré !

Ecouter l’interview ici…